Table of Contents Table of Contents
Previous Page  1 / 9 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 1 / 9 Next Page
Page Background

PRIX DU NUMÉRO : EUR 4,50

9HRLFQB*idgaab+[A\L

JANVIER 2018

NUMERO 01/319 ISSN1561-8366

Sommaire

t

Economie / Banques

Croissance économiquemondiale sur les rails

(Jean-FrançoisJ

ACQUET

,KBLepb)

p.4

États-Unis : du sel sur les plaies

(Bruno C

OLMANT

,

Membredel’AcadémieroyaledeBelgique)

p.7

On n’investit pas dans ce que l’on ne comprend

pas…

(Philippe L

EDENT

, ING)

p.8

t

Immobilier

A step Ahead - Bilan et perspectives du secteur de

l’immobilier

(RomainM

ULLER

, JLL)

p.16

Lancement de Homexperts.lu

p.16

Lemarché immobilier toujours en forme

(BIL IMMOindex)

p.16

t

Fonds / Bourse

2018 : confiance ou complaisance ?

(Alexandre G

ERBAUD

, Lyxor ETF)

p.17

Exemption de TVApour les fonds d’assurance

(Raphaël G

LOHR

, Michel L

AMBION

, Deloitte Tax &

Consulting)

p.19

Les gestionnaires d’actifs devraient offrir des ETFs

aucoursdesprochainesannées

(rapportEY)

p.20

L’environnement reste favorable pour les marchés

boursiers, mais la volatilité risque d’augmenter

(GuyW

AGNER

, BLI)

p.21

t

Emploi / RH

L’Artisanat, un partenaire fiable au coeur de la

société luxembourgeoise

(Chambre des Métiers,

Fédération desArtisans)

p.28

Une hausse du SSM, un cadeau empoisonné

pour les ménages modestes

(Carlo T

HELEN

, Chambre de Commerce

)

p.29

MiFID II, défi et opportunités

(Renaud B

ARBIER

, CSL/LLLC)

p.29

t

Sécurité informatique

From Fin-Tech to Fun-Tech : the New Paradigm

(Luca B

RUNI

, INITIO)

p.33

Se préparer à la conformité au RGPD

(Filip S

AVAT

, Fortinet)

p.35

Cybersécurité : les menaces venant de l’intérieur

sont tout aussi réelles

(Sailesh R

AJENDRAN

, SimCorp)

p.35

Sommaire détaillé en page 2

REGULATORY

COMPLIANCE

SENTINEL

www.deloitte.lu

Détailenpage

XX

www.valuepartners.lu www.agefi.lu

41, Zone Industrielle, L-8287 Kehlen - Tel: +352 305757 1 - Fax: +352 24611564 - Email:

agefi@agefi.lu

Par Chris MARCILLA, Chairman du

Disruptive Models Working Group &

Chief Compliance Officer, SnapSwap

International S.A.

L

e taux de change du

bitcoin contre le dollar

ou l’euro a explosé

durant les derniers mois

de 2017. A tel point que

des reportages TV sont

consacrés à la

cryptomania

en plus des innombrables

articles de presse mentionnant

cette folie des marchés et la bulle

qui s’ensuit.

Le bitcoin et la blockchain ont

capté l’attention du

public et des inves-

tisseurs institution-

nels (sensés être

avertis) à tel point

que les principales

plateformes

d’é-

changes de crypto-

monnaies ont été sub-

mergées par l’afflux de

centaines de milliers d’apprentis

traders quotidiennement et que certaines

d’entre elles refusent de nouveaux clients. Par

ailleurs des instruments financiers tels que des

futures

viennent d’être lancés en décembre 2017

sur les marchés américains.

Avant de revenir sur le débat qui secoue les

spécialistes sur la prétendue bulle et les autres

maux attribués au bitcoin, il serait intéressant

de s’interroger sur les notions de monnaie et de

crypto-monnaie.

Selon l’adage de Walker souvent

repris par les économistes, la mon-

naie est ce qu’elle permet (

Money

is what money does

). En effet,

selon les époques et les sociétés,

des perles, des coquillages, du

sel, des cigarettes ou d’autres

objets ont été utilisés comme

monnaie.

De façon schématique, la

monnaie est ce qu’elle est

parce que les gens acceptent de

la recevoir pour faire office de

moyen de paiement, d’unité de

compte et de réserve de

valeur. Il y a quelques décen-

nies, la monnaie était

rattachée à

l’or,

un

métal pré-

cieux auquel

une valeur

i n t r i ns èque

est attribuée.

Cependant de

nos jours, notre

système actuel repose

sur la monnaie dite

fiat

ce

qui est bien différent.

Nos billets représentant des euros ou des dol-

lars ont-ils une valeur intrinsèque ou bien est-

ce seulement parce que nous voulons tous

bien les accepter pour échanger des biens, des

services ou des actifs que cette représentation

de nos euros possède une valeur ?

Il va sans dire que la soi-disant “garantie de

l’État” et le fait de payer nos impôts avec cette

monnaie

fiat

participe pleinement de notre

confiance quotidienne en la monnaie émise

par nos banques sous le contrôle des banques

centrales.

Pour ce qui concerne les crypto-monnaies, il

apparaît qu’elles aussi semblent posséder les

caractéristiques évoquées ci-dessus. Cepen-

dant, il reste encore un grand nombre de scep-

tiques pour en douter. L’acceptation limitée

des transactions en bitcoin (environ 300.000

marchands) pour l’échange de biens ou ser-

vices questionne sur le stade de maturité réel

permettant de considérer ces crypto-monnaies

comme de la monnaie. Cependant, le Japon a

reconnu il y a quelques mois le bitcoin comme

un moyen de paiement à part entière, et en

septembre dernier 11 nouvelles plateformes

d’échange ont reçu une licence pour opérer.

Il est également difficile de parler du bitcoin

comme d’une unité de compte alors que tout

un chacun parle encore du prix du bitcoin ou

de l’ether et non pas de son taux de change.

Cela indique certainement que ces crypto-

monnaies ne sont pas considérées intrinsèque-

ment comme des “vraies” monnaies.

Suite en page 3

Perspectives économiques et financières

de Candriam

F

in 2017, l’embellie

conjoncturelle se

poursuit dans les

économies développées

comme émergentes.

L’économie mondiale

entre toutefois mainte-

nant dans une phase plus

délicate : la Chine doit

gérer son endettement ; dans

les économies avancées, la

décennie d’expansion des

bilans des banques cen-

trales touche à sa fin

et la visibilité sur

la politique éco-

nomique améri-

caine reste ré-

duite.

Une économie plus

dynamique et stable

Jamais, depuis la fin de la Grande

Récession (2007-2012), l’économie

mondiale n’a été aussi dynamique. Portée par

le rebond de l’activité dans les pays exporta-

teurs de matières premières, par la croissance

toujours élevée des pays émergents d’Asie et

par la reprise dans la zone euro, la croissance

mondiale a nettement accéléré en 2017 et est en

passe d’atteindre 3,6%, son plus haut niveau

depuis six ans.

«Certes ce rythme reste nettement infé-

rieur aux 5% observés au milieu des

années 2000, mais entretemps la

crise financière a, un peu par-

tout, affaibli les potentiels de

croissance», souligne

Anton

Brender

(cf. portrait), chef éco-

nomiste chez Candriam. Signe

de ce dynamisme retrouvé, le

FMI a, sur l’année écoulée, revu

à la hausse ses prévisions de

croissance.

L’économie mondiale semble en

outre aujourd’hui plus stable : la

volatilité des rythmes de crois-

sance a nettement diminué,

les déséquilibres cou-

rants internatio-

naux se sont

réduits. Dans les

pays

développés

enfin, le poids de

l’endettement du sec-

teur privé s’est stabilisé.

L’endettement domes-

tique a, il est vrai, conti-

nué de progresser dans

les régions émergentes,

mais seuls quelques pays

– surtout des exportateurs

de matières premières –

dépendent, pour le financer, de l’épargne du

reste du monde.

«La Chine est dans une situation différente,

souligne Anton Brender. La forte hausse de

l’endettement y est le reflet d’une épargne inté-

rieure abondante». L’accumulation rapide de

dettes depuis la crise financière de 2007 n’en

pose pas moins un problème pour la stabilité

financière. Les autorités chinoises viennent de

freiner le crédit aux entreprises ; elles tentent

maintenant de ralentir la progression du crédit

aux ménages et, en même temps, elles conti-

nuent de piloter le rééquilibrage de la croissan-

ce en faveur de la consommation.

États-Unis : beaucoup

d’inconnues subsistent

Après avoir ralenti vers 1,5% en 2016, la crois-

sance américaine a ré-accéléré et devrait

atteindre 2,2% en 2017, soit son niveau moyen

depuis 2010. L’investissement productif en par-

ticulier a repris.

La relative stabilisation du cours du dollar et

une demande mondiale dynamique devraient

continuer de soutenir les exportations. La

dépense des ménages restera toutefois clé pour

la croissance.

Suite en page 2

Bitcoin, blockchain et cryptoassets

2018, une année charnière?

Private Equity

− de vous à moi

La rubrique mensuelle

Par Olivier Coekelbergs & José Aubourg,

EYLuxembourg

du Private Equity

Lire en page 17

FEEDING THE FUTURE

THE LUXEMBOURG FINANCIAL PLACE

IS CHANGING, DON’T BE LEFT BEHIND!

A must-attend training

event focused on

Luxembourg core

industries: investment

funds, asset management,

private equity, green

finance and insurance.

Online registration soon available at

www.farad-group.com

27

th

March

2018

9:00 - 22:00

REGULATORY

COMPLIANCE

SENTINEL

www.deloitte.lu

Détailenpage

XX

COMPLIANCE

SENTINEL

www.deloitte.lu

Détailenpage

XX

(Indicateur de Confiance Economique)

en collaboration avec AGEFI Luxembourg

+25

+6

18

www.pwc.lu

Le Baromètre Mensuel PwC

(Indic eur de Confiance Economique)

en collaboration avec AGEFI Luxembourg

(Lire la suite en page 6)

Détail en page 10

Unmoral de retour avec la nouvelle année

(Lire article en page 19)