Table of Contents Table of Contents
Previous Page  1 / 10 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 1 / 10 Next Page
Page Background

PRIX DU NUMÉRO : EUR 4,50

9HRLFQB*idgaab+[A\T

SEPTEMBRE 2018

NUMERO 08/326 ISSN1561-8366

Sommaire

t

Economie

Il faut combattre l’implosion de l’Union

européenne

(Bruno C

OLMANT

, LSF)

p.4

TVAau Luxembourg : quels changements ?

(ChristianD

EGLAS

,Michel L

AMBION

,Deloitte)

p.8

Vous n’avez encore rien vu…

(Philippe L

EDENT

, ING)

p.9

t

Emploi / RH

Retour vers le futur…du travail. Ou comment for-

mer à des professions qui n’existent pas encore

(CarloT

HELEN

,ChambredeCommerce)

p.18

Le principe du secret des correspondances du sala-

rié est-il absolu ?

(Guy C

ASTEGNARO

, Lorraine

C

HÉRY

, CASTEGNARO)

p.19

t

Fonds d’investissement

New substance requirements of the Luxembourg

supervisory authority CSSF toManCos

(Eduard vonK

YMMEL

, VPFund Solutions)

p.24

30 years serving the investor and the economy

(Denise V

OSS

,ALFI)

p.27

Gestion active et passive : quel mix pour optimiser

les portefeuilles ?

(MarlèneH

ASSINE

K

ONQUI

, Lyxor)

p.40

t

Informatique financière

Luxembourg adopts national law implementing

and complementing the GDPR

(Vincent W

ELLENS

,

Carmen S

CHELLEKENS

, NautaDutilh)

p.42

Le numérique indispensable dans notre quotidien

(BrunoH

ELLEMANS

, PictetAssetManagement)

p.43

Faire face à la disruption : l’avenir des systèmes de

paiement par carte

(Franklin EquityGroup)

p.43

Sommaire détaillé en page 2

www.valuepartners.lu www.agefi.lu

41, Zone Industrielle, L-8287 Kehlen - Tel: +352 305757 1 - Fax: +352 24611564 - Email:

agefi@agefi.lu

Par Alain SCHOCKERT, président du

Conseil d’Administration de Banque

Degroof Petercam Luxembourg

L

a crise financière

internationale

2008/2009 a conduit

les autorités régulatoires à

promulguer des mesures

réglementaires qui frap-

pent l’ensemble des acteurs

financiers mais surtout

européens, créant d’ailleurs

une certaine distorsion de

concurrence avec les grandes

banques américaines.

Les investisseurs ont

la mémoire courte.

Dix ans après le dou-

loureux krach boursier,

tout est gommé, oublié,

plus aucune séquelle

boursière. Retour à

l’euphorie.

En effet, après avoir perdu

plus de la moitié de leur capitalisation

boursière en vingt mois (de juillet 2007 à mars

2009), les places boursières mondiales ont

rebondi comme un seul homme. Après un

trend haussier quasi ininterrompu depuis le

printemps 2009 (hausse de 250%), elles culmi-

nent aujourd’hui à des sommets inégalés. Au

point de donner le tournis.

Cette hausse masque tou-

tefois des disparités,

d’une zone géogra-

phique à l’autre,

comme l’illustre le

tableau ci-après.

La palme revient à la

bourse américaine

dont le niveau actuel

est de plus du double

du sommet de l’été

2007 et de plus de cinq

fois celui du plancher

de mars 2009. Chaque semaine,

de nouveaux records sont bat-

tus. Aujourd’hui le NAS-

DAQ qui franchit les

8.000 points, hier le

Dow Jones avec

ses 26.000 points.

Les investisseurs

financiers ont da-

vantage les yeux rivés

sur le niveau encore

modeste des taux d’intérêt et

la reprise économique que sur

des considérations géopolitiques.

Quoique dans une moindre mesure, l’Asie et

l’Europe affichent également une santé bour-

sière éclatante.

Bref, les investisseurs font fi des nuages qui s’ac-

cumulent pourtant à l’horizon mais qui n’as-

sombrissent toujours pas le ciel boursier. La

reprise économique qui se généralise partout

dans le monde recèle pourtant les germes d’une

inflation renaissante et, partant, d’un redresse-

ment subséquent des taux d’intérêt.

Suite en page 2

Les fusions-acquisitions au Grand-Duché

de Luxembourg : l’effervescence

An entire business dedicated to sustainable finance.

G

reen

E

th

i

ca

An initiative developed by

www.farad-group.com

Insurance Brokerage

Funds Management

Asset Management

REGULATORY

COMPLIANCE

SENTINEL

www.deloitte.lu

Détailenpage

XX

REGULATORY

COMPLIANCE

SENTINEL

www.deloitte.lu

Détailenpage

XX

Détail en page 11

Par Olivier MARÉCHAL, Associé, à la

tête du département Conseil pour le

secteur financier chez EY Luxembourg

I

l y a aujourd’hui peu

de sujets qui attirent

autant d’attention et

d’investissements que l’in-

telligence artificielle (IA).

L’expression elle-même

suscite de nombreuses

interrogations, parfois

directement issues de 2001,

l’Odyssée de l’Espace ou de

Terminator. Les machines vont-

elles bientôt tout décider pour

nous, prendre nos emplois

et tout contrôler ? Faut-

il avoir peur de

l’IA ? Le monde de

l’Asset Manage-

ment n’est pas épar-

gné par cette vague

de questionnements.

«Bonjour, achète-moi un

fonds investi en valeurs de crois-

sance européenne qui correspond à mon profil

de risque, et que je n’ai pas encore dans mon

portefeuille». C’est peut-être ainsi que tous les

investisseurs finaux s’adresseront bientôt à

leur gestionnaire d’actifs, par téléphone ou par

chatbot

, sans pour autant avoir un être humain

au bout du fil, grâce à l’IA.

Le Gartner Goup prédit que chacun

d’entre nous aura bientôt plus de

conversations avec des

bots

qu’avec son ou sa partenaire,

et cela dès 2020. Le marché

mondial de l’IA était estimé à

12,5 milliards de dollars en

2017 et atteindra 47 milliards

en 2020.

Dès 2016, une étude EY sur le

monde des Hedge Funds

montrait que 31% des gestion-

naires utilisaient des données

dites «alternatives» dans leur

processus d’investissement et

21% supplémentaires pen-

saient le faire dans les

deux à trois

années

sui-

vantes.

Des études indi-

quent déjà que

les gestionnaires

utilisant des tech-

niques de

machine

learning

(apprentissa-

ge automatique) génè-

rent de meilleures per-

formances.

L’IA n’est donc pas une mode au caractère

anecdotique et ses domaines d’applications

sont multiples. Les lignes qui suivent ont pour

objectif de préciser certaines notions et de pré-

senter des cas d’usage de l’IA sur les différents

constituants de la chaîne de valeur de l’Asset

Management.

Définition

L’IA recouvre une série de technologies visant

à simuler l’intelligence par la mise en œuvre

de fonctions cognitives répliquant celles d’un

être humain. Plus qu’une discipline distincte,

l’IAregroupe, en fait, un ensemble de concepts

et d’outils liés aux sciences cognitives et à l’in-

formatique.

Suite en page 5

Intelligence artificielle et Asset

Management : une alliance prometteuse

Private Equity

− de vous à moi

La rubrique mensuelle

Par Olivier Coekelbergs & José Aubourg,

EYLuxembourg

du Private Equity

Lire en page 23

100.0

100.0

48.2

255.3

100.0

41.5

128.2

100.0

42.3

148.8

100.0

Marchés boursiers

(indices Return)

Cycle boursier

Août 2018

Return depuis

le début de

2018 (%)

Indice

Plancher

précédent

(Mars 2009)

Sommet

précédent

(Juillet 2007)

MONDE

EUR

USD

EUR

USA

EUROPE

ASIE

EUR

EUR

100.0

352.1

0.31

309.2

100.0

- 1.70

100.0

529.4

13.54

9.51

100.0

504.7

4.46

155.2

348.1

42.1

212.5

44.6

100.0

Le Baromètre Mensuel PwC

(Indicateur de Confiance Economique)

en collaboration avec AGEFI Luxembourg

+25-11

-5

www.pwc.lu

Une rentrée morose

(Lire la suite en page 10)

Le livre «

La compilation

», disponible en librairie et sur le

site

www.agefi.lu

Lire en page 7

www.360Crossmedia.com

UNLEASH

YOUR TRUE POTENTIAL

-30%

SPECIAL

OFFER

Lire article en page 26