AGEFI Luxembourg - Janvier 2021 - édition gratuite

AGEFI Luxembourg 34 Janvier 2021 Informatique financière The boom of Bitcoin, the “dead” currency that attracts speculators By Fabrizio LORINI, Asset Management Director, Taleo Consulting Group B itcoin continues its diz- zying climb. Becoming a commodity sought after by speculators, as it has effectively failed as money Bitcoin skyrockets. After a record high at the end of 2017, with a value of $ 20,000, it had suffered a brutal loss in value, reaching $ 3,200 at the end of 2018. Then a rapid increase, to $ 14,000 and then back down again, burning hopes of recovery, up to $ 4,000 in March 2020, following the outbreak of the pandemic. Then Bitcoin fever broke out and since then a rise that has demo- lished all previous records. Then, in December Bitcoin hit the previous record again, at $ 20,000, then broke it andhovered around $ 24,000 and ended the year with a sprint to $ 28,000. Well, not even the time to digest the New Year's Eve dinner and the mythi- cal $ 30,000 mark was exceeded as if nothing had happened, regardless of the doomsayers who prophesied a new collapse, the price of Bitcoin in a single afternoon reached the $ 33,000 (it even surpassed $ 35,000 in recent days). Two questions are a must: How far can Bitcoin go? And why this impetuous climb? Let's start with the second question. Bitcoin is appreciated because its value does not depend on a possible devalua- tion due to an excess of currency. In fact, from the first day it wasmade available (way back in 2009), the total amount of Bitcoin could only reach 21 million. We have now reached over 18 million already, so it will not be long before Bitcoin is no longer created. That said, the value grows as Bitcoin is bought, and the more it is bought, the more the value grows. A sort of "virtuous circle" inwhich everyone seems to emerge vic- torious. A "win-win" situation because everyone earns something. But the real question is another. It should be considered that we are tal- king about the price of Bitcoin, a virtual currency, indollars. So, the real question is: howmany dollars have been printed in the last fewyears?Andwhen did the dollar lose value because of this money that the Fed prints out of thin air? Wemust bear inmind that, despite eve- rything that is said, we have never emerged from the crisis and that only the printing of money operated by the Fed (and also by the ECB) has avoided heavy corrections on the financial mar- kets. In this way they have saved the balance sheets of numerous companies and many banks, which hold a large part of the shares of the aforementioned companies. But in doing so they also doped the financial market, as stock values no longer match real economy trends. Also, don't forget the mechanism by which the money created by the Fed ends up in the financial markets. This money is first taken by the banks, which obviously invest it where they expect the best returns: therefore, very little money goes directly to the real eco- nomy, given the crisis, and little money also goes to government bonds, because the yields of these are very modest (at least those of safer countries). What remains, if not the financial markets? And since most of the printed money ends up there, managers of large finan- cial funds know very well, they too invest in those markets. We can clearly see the decline in March due to the pandemic and the subse- quent uninterrupted rise, as if every- thing was going well, even better than before. The fact is this. The Fed started printing around $ 80 billion a month and is continuing to do so. The total capitalization of Bitcoin is around 600 billion. But the data on the financial markets are enormously higher. For example, over 6 trillion dol- lars move in the "forex" market and the largest funds in the worldmove up to $ 50 trillion. If only 1% of these were diverted to Bitcoin (i.e. only 500 billion), the relative value of Bitcoin would easily exceed the value of $ 50,000. This paradoxical situation in many ways brings to light another interesting point: as it can be pointed out for over three years, Bitcoin as a currency has fai- led; and its failure as a currency is, para- doxically, certified by its stratospheric value. In fact, Bitcoins worth several tens of billions of dollars are traded on the various platforms every day. But in the real economy, in fact, Bitcoins are not traded: not because there is no one who accepts them, but because those who have them hold them tight (and prefer to pay in dollars) trusting in further appreciation. In short, you spend dollars (or euros) but keep the Bitcoins in your pocket, just like you do with a speculative product. Now, if Bitcoin (as a currency) is dead, it's not that other official currencies are in such goodhealth. Obviously, they are used in the real economy, butmore than anything else because there are no alter- natives, for now we do not have other monetary means. To this we can add a structure in the Eurozone that makes coexistence bet- ween many different countries, poles and economies increasingly difficult. Interests are divergent and cohesion and solidarity have never been imple- mented, despite several claims. The last two current events reveal this situation. The first is the question of the supply of vaccines: the news these days is that Germany has moved inde- pendently of the European institutions and has procured 30 million doses by itself. And when other ministers from EU countries were asked what they thought of it, they replied that we are in the EU and therefore we will keep the agreement with others on the acquisition of vaccines. In short, while we are cooperative and supportive, Germany cares about its people and takes concrete action. The second news is that a Finnish bank has decided not to follow the instruc- tions of the ECB, those concerning the indication not to give dividends to sha- reholders and to maintain a good liqui- dity reserve. Business for this bank is going with the wind in its tail, so it intends to detach dividends on its own initiative. This is a clear signal that soli- darity is drastically lacking, admitted, and granted that it ever existed, and finally everyone is thinking only of their own interests. The situation is to be defined as very serious and complicated. But in all this who currently benefits? For now, only the holders of Bitcoins. Quelques conseils pour un processus de consoli- dation et de reporting efficace Par Olivier NARDI, Country Head & Group Customer Success Manager, Sigma Conso Luxembourg E n cette période de temps incer- tains, il est plus que jamais es- sentiel de se fixer sur les différents aspects constitutifs d’un pro- cessus de consolidation et de repor- ting optimisés. Bien entendu, il n’existe pas une seulemarche à suivre à recommander dans n’importe quelle configuration d’un groupe. Le sujet de cet article est plutôt de pas- ser au travers de quatre recommandations qui re- coupent les grandes lignes de l’orga- nisation d’une consolidation de comptes financiers. Nous aurons l’occa- sion d’aborder d’autres pratiques perfor- mantes dans des articles à paraître prochainement. Tout d’abord, faisons une brève parenthèse au niveau de cette crise sanitaire et des impacts sur la consolidationdes groupes. Fort heureusement, pour la plupart des acteurs de cette discipline, cela fait déjà un certain temps que le processus de consoli- dation est largement dématérialisé et que le travail à distance est répandu. Ce que nous avons pu constater se situe plutôt au niveau des retards dans l’obtention des informations utiles à la réalisation des premiers travaux. S’agissait-il de réglages dans l’organisation elle- même, de personnel indisponible pour cause de maladie ou bien de goulots d’étranglement au niveau de certaines étapes-clés ? Il est difficile de se prononcer sur les raisons exactes de ces retards et tous les groupes neprésentent pas lesmêmes carac- téristiques. Une chose est certaine, il est fort à crain- dreque l’aspect «valorisation»des actifs et rédaction des notes aux comptesdesdifférents états financiers ainsi que leur validation par les auditeurs soient relativement fastidieuses dans un avenir proche. Mais fermons cet aparté afindepasser en revuequa- tre caractéristiques d’unprocessus de consolidation efficace. Un logiciel de consolidation et de reporting C’est une évidence mais nous nous permettons d’insister car nous observons encore beaucoup l’usage de tableur comme outil de base à la réalisa- tion de consolidation. Certes, cela s’améliore par rapport au passé et les groupes s’équi- pent de mieux en mieux mais il est toujours primordial de souligner ce point. Un tableur tel qu’Excel est bien entenduunoutil formida- ble et pourra accompagner sur cer- tains aspects le processus de la réa- lisation des états financiers conso- lidés. Cela étant dit, il ne doit pas constituer l’outil de base. Quant à la solution de consolidation, elle doit clairement être disponible en SaaS (Software as a Service) et aller au- delàde la consolidation afind’inté- grerdesaspectsdeplan- ning budgétaire et de managementreporting.Il vasansdirequel’outildoit également être, entre autres, multidevises, multinormes, mul- tilingues, facile à prendre en main, collaboratif et permet- tantl’automatisationd’unmaxi- mumd’aspects duprocessus. Un point encore à souligner est qu’il doit faire l’objet d’une évolution constante de la part de l’éditeur. Il nous semble totalement caduc dedevoir attendre un ou deux ans afin d’avoir de nouvelles fonctionnalités dans leproduit ouune nouvelle ver- sion de ce dernier. Desméthodes adéquates de rapatriement de l’information S’il est bien un point qui fait souvent défaut au niveaudesgroupesquiconsolidentpourlapremière fois, c’est bien cette étape cruciale. Même dans les groupes plus matures, on constate souvent un cer- tain bricolage dans l’obtention de l’information de base. Nous sommes ici en tout début de processus et il est fondamental de ne pas le négliger car il est impossible d’obtenir de la qualité à la sortie si nous n’en avons pas à l’entrée. Dans ce cadre, il existe plusieurs possibilités et la mise en pratique se situe le plus souvent dans une approchemultimodaleetdépenddelaconfiguration dugroupeenquestion.L’approchelapluscommune est de travailler avec des reporting packages (RP) (ou liasse de consolidation en français) qui sont construits afinde rapatrier l’informationdemanière structurée tout en la structurant. Classiquement, les reporting packages sont mis en place dans Excel car c’est un outil dont disposent tous les comptables dans le monde. Partant de là, il sera encore plus performant de disposer d’unRPde type Excel directement imbriqué dans l’application de consolidation. Ce que nous appelons de «type» Excel ou Excel «like» (ce n’est pas de l’Excel à 100% mais cela y ressemble vraiment beaucoup) permet demettreenplaceunRPflexibledirectement ausein dulogicieletcedansl’optiquedeconserverlesavan- tages d’Excel mais sans les inconvénients. Les bénéfices principaux sont de pouvoir conserver lesmodèles utilisés dans le groupe, denepas désta- biliser les acteurs locaux ainsi que de conserver les expériences acquises tout en évitant les multiples versions circulant par email et/ou ayant été brico- lées pour satisfaire des spécificités locales. Des RP au sein de la solution sont de préférence sous le contrôle de la cellule de consolidation et adaptable d’unemanière à bienmaîtriser les exceptions. Dans ce cadre, un corps commun est àdéfinir. L’avantage d’un RP de type Excel (ou Advanced Input Form au niveau de Sigma Conso) est qu’il peut contenir des extrapolations calculées et des analyses gra- phiques de management report qui seront reprises au niveau consolidé dans la même forme si sou- haité. Cette flexibilité permettra de préparer et de suivre beaucoupplus facilement un certainnombre de KPIs essentiels en matière de gestion d’entre- prises et de groupes. Une autre plus-value importante de cet aspect est que l’ensemble des RP est stocké dans l’application, souslecontrôleduoudesconsolideurs,cequiassure sécurité, stabilité et source unique de l’information. Bien entendu, comme mentionné ci-dessus, l’ap- proche sera le plus souvent multimodale. Par ce terme, on entend la combinaison de plusieurs méthodes d’importationdes données locales.Atitre d’exemple, nous pourrions citer celle qui consiste à importer les informationsdisponiblesdans lesdiffé- rents logiciels comptables via fichiers plats (csv ou excel) ou au travers de connecteurs automatiques (surtout vrai pour les groupes disposant d’un nom- bre limitéde logicielsde comptabilité) et qui seraient directement placéesdans leRPdesdifférentes socié- tés. Le comptable n’ayant plus qu’à compléter les données manquantes (flux ou variations des actifs et passifs LT, informations inter-compagnies si pas déjà disponibles dans le logiciel de comptabilité, informations qualitatives à renseigner dans les états financiers,donnéesRSE,…).Ilvadesoiquelelogiciel de consolidation doit permettre aisément cettemul- timodalité ainsi que la création de RPde type Excel. Lamise en place d’un référentiel ou manuel de consolidation au sein du groupe Rares sont les groupes dont l’ensemble des entités travaillent sur unmêmeplande comptes et dans un même référentiel comptable (ou GAAP). La multi- tudedesplansde comptes et desGAAPs (Generally Accepted Accounting Principles) possibles impli- quent une homogénéisation des différentes pra- tiques locales.Aussi logiqueque celapuisseparaître, il n’est pas courant d’observer lamise en place d’un manuel qui regroupe l’ensembledes règles à respec- ter au niveau du groupe. Ce recueil qui classique- ment se nomme «manuel de consolidation» permet la communication d’un plan de comptes unique dans le groupe ainsi que les choix que ce dernier a faitauniveauduréférentielcomptableetdesoptions choisies en lamatière. Au-delà des règles comptables, ce manuel permet égalementdecommuniquerlesdélaisdesdifférentes étapes du processus ainsi que les règles de réconci- liation interco (seuil de matérialité, règles de récon- ciliation, comptes et journauxàutiliser,…). Véritable bible de la consolidation, il sera opportun de le faire revoirpar les auditeurs, de lemaintenir à jour et bien entendu de communiquer régulièrement avec les filiales afin de s’assurer du respect des délais et des principes édictés. L’identification et la réconciliation des relations inter-compagnies C’est lepoint épineuxduprocessusde consolidation et le facteur premier de perte de temps dans son ensemble. Il impacte surtout les groupes pour les- quels la consolidation est relativement nouvelle ou certains plus anciens qui n’ont pas suffisamment investi en temps et en argent dans la mise en place d’uneorganisationdignede cenom.Outre les outils informatiques sur lesquels nous reviendrons ci-des- sous, il s’agit avant tout d’une organisation àmettre enplace et de la faire tourner demanière régulière et ce indépendamment du processus de consolidation lui-même. Il est d’ailleurs également important de le réaliserdans le cadrede l’établissement des comptes statutaires et de leur audit. Pour les groupes avec des relations internes limitées encomplexitéetennombre,l’identificationdoitcom- mencer au sein du logiciel comptable au travers d’une structurationet d’une codificationrigoureuse. La réconciliation, quant à elle, doit se réaliser de manière très régulière (trimestriellement, voiremen- suellement). L’importationde ces informationsdans le logiciel de consolidationensera fortement facilitée et un bon nombre de différences déjà résolues. Pour lesgroupes ayant des transactionsnombreuses et complexes, outre les aspects comptables, il est sine qua non de se munir d’un logiciel de réconciliation performant et muni d’intelligence artificielle apte à supporter efficacement cette étape.Alorsqu’un logi- ciel de consolidation identifieraet réconciliera leplus souvent les relations inter-compagnies sur base des soldes réciproques en findepériode, un logiciel spé- cialisé dans la réconciliation interco poussera la gra- nularité dans l’analyse jusqu’à la transaction elle- même avec plusieurs niveaux de traitement et une assistance intelligentepour fairedespropositionsde «matching». Le must est bien entendu d’avoir soit une solution unique, soit des solutions totalement intégrables où le travail réalisé par l’une est directe- ment exploitable par l’autre. Dans notre prochaine parution, nous nous attarde- rons sur les aspects de budget et de management reporting. Quels sont les points essentiels à mettre en place afin d’optimiser ces deux piliers de la finance d’entreprise ? Quelques conseils pour un processus de consolidation et de reporting efficace

RkJQdWJsaXNoZXIy Nzk5MDI=