AGEFI Luxembourg - juillet / août 2022

ASSURANCES AGEFI Luxembourg 22 Juillet / Août 2022 L e 16 juin, la compagnie d’assurance vie luxembour- geoise WEALINS S.A., re- connue pour son expertise dans l’élaboration de solutions inno- vantes d’assurance vie et de capi- talisation transfrontalières, a réuni près de 300 partenaires et l’ensemble de ses collaborateurs dans ses locaux à Leudelange pour célébrer son 30 ème anniver- saire. L’occasion pour la compa- gnie de revenir sur 3 décennies d’accompagnement patrimonial, ses prochains défis et de révéler sa nouvelle identité visuelle. En plaçant la collaboration, l’excellence et l’innovation au coeur de sa stratégie de développement, la compagnie s’est fait une place parmi les leaders des compa- gnies d’assurance opérant en Libre Prestation de Services (LPS) depuis le Luxembourg. En capitalisant sur 120 col- laborateurs–experts qui font preuve au quotidien d’un esprit entrepreneurial et novateur, la compagnie a su faire la diffé- rence dans un univers particulièrement concurrentiel. Sa capacité à mobiliser ses expertises, tant juridiques et fiscales qu’en matièredestructurationpatrimoniale,per- met aujourd’hui àWEALINS de se posi- tionner en tant qu’expert du Wealth Insurance as a Service (WIaas). WEALINS apporte un accompagne- ment patrimonial sur le long-terme à ses partenaires et leurs clients. Luc Rasschaert (cf. photo), CEO de WEALINS S.A. : «Nous avons déve- loppé une vision moderne de l’assu- rance vie patrimoniale : au-delà de la protection et de la transmission du patrimoine aux générations futures, WEALINS met non seulement l’accent sur demain, mais aussi aujourd’hui». Depuis 30 ans, WEALINS ne cesse d’in- nover et de repenser l’assuranceviepatri- moniale. En élargissant son offre de pro- duits et de services et enprivilégiant une approcheHuman-to-Human, la compa- gnie s’engage à trouver une réponse face aux projets et ambitions patrimoniales de ses partenaires et leurs clients. Pour développer sa nouvelle offre digi- tale, WEALINS place l’expérience utili- sateur au coeur du développement et favorise une collaboration étroite entre ses partenaires, ses expertsmétiers ainsi que des spécialistes UX. Une nouvelle identité visuelle pour la marqueWEALINS Désireuse de refléter son accompagne- ment patrimonial, sa proximité et son approche collaborative, WEALINS a dévoilé à l’occasion de son 30 ème anni- versaire sa nouvelle identité visuelle et son nouveau slogan “You lead, we empower.” LucRasschaert, CEOdeWEALINS S.A.: «Mis en lumière par notre repositionne- ment de lamarqueWEALINS que nous vous dévoilons aujourd’hui, nous sou- haitons renforcer notre engagement à construireune relationde confiance avec nos partenaires et leurs clients enmisant sur notre accompagnement patrimonial, notre sens de la collaboration et notre expertise.». WEALINS célèbre ses 30 ans D ’après leWorld Property andCa- sualty Insurance Report de Capge- mini et de l’Efma, publié récem- ment, le secteur de l’assurance pâtit du chan- gement climatique. Le rapport démontre que les assureurs qui construisent desmo- dèles économiques et opérationnels rési- lients face au changement climatique seront mieux positionnés pour obtenir la confiance de leurs clients et la rentabilité souhaitée. Ce nouveau rapport de Capgemini, intitulé « Walking the Talk : How insurers can lead climate change resiliency »* [1] , traite de l’im- pact de l’un des enjeux les plus critiques de nos jours pour le secteur de l’assurance. De plus en plus d’événements météorologiques impactentnégativementlesecteurdel’assurance,alors que les assureurs sont censés à la fois protéger et pré- venir les risques futurs. Le rapport indique que : - Au niveau mondial, les pertes économiques dues au changement climatique ont augmenté de 250% au cours des trois dernières décennies [2] . - 73%des assurés classent le changement climatique parmi leurs principales préoccupations. - Les préoccupations des assureurs reflètent celles de leurs clients : environ 40% d’entre eux considè- rent le changement climatique comme une priorité absolue, l’assurabilité et la rentabilité représentant les principaux enjeux liés au climat. Les catastrophes naturelles ont multiplié par 3,6 les pertes assurées et par 2 les pertes non assurées au cours des 30 dernières années [3] . Selon le rap- port, bien que cette situation soit préoccupante, elle offre aux assureurs l’opportunité de repenser leur modèle pour être en mesure de servir au mieux les clients dans un environnement en constante évolution. Les assureurs qui travaillent aujourd’hui sur l’évolution de leur métier intégreront dans leurs modèles opérationnels et commerciaux des stratégies visant à atténuer les risques climatiques. Des changements fondamentaux sont indispensa- bles pour créer desmodèles économiques résilients et centrés sur le client. Le rapport révèle que plus de 80% des particuliers et des petites entreprises clients du secteur de l’assurance sont très conscients des impacts du changement climatique, et ont adopté, au cours des 12 derniers mois, au moins une action concrète pour contribuer à un avenir plus durable. Cependant, il reste encore beaucoup à faire pour lutter contre les effets néfastes du changement cli- matique, car seuls 8%des assureurs interrogés sont des pionniers ou des «champions de la résilience» (décrits dans le rapport comme étant ceux qui dis- posent d’une gouvernance solide, de capacités d’analyse de données avancées, qui mettent l’ac- cent sur la prévention des risques et qui favorisent la résilience à travers leurs stratégies de souscrip- tion et d’investissement). Un besoin de concilier prévention et gestion des risques Pour joindre le geste à la parole en matière de rési- lience climatique, les assureurs doivent revoir leurs modèles économiques et concilier préventionet ges- tion des risques. Les conclusions du rapport suggè- rent qu’un «cadre de travail pour la résilience cli- matique» est essentiel pour développer les res- sources nécessaires dans un contexte de risque en constante évolution. Il encourage les assureurs à repenser les modèles actuels d’évaluation des risques, à déployer des outils de prévention des risques à grande échelle et à mettre en place des stratégies d’investissement et de souscriptiondura- bles, allant au-delà des exclusions et des désinves- tissements, afinde créerunécosystèmede résilience. Le rapport souligne que parmi les entreprises considérées comme des «champions de la rési- lience», - 82%ont undirecteur duDéveloppement Durable ou équivalent. - Près de 77% ont intégré des données sur les risques climatiques dans leurs produits et services. - Près de 60% ont atteint un stade avancé dans le déploiement de modèles de tarification basés sur le machine learning. - Près de 53% accèdent à de nouvelles sources de données, notamment les données satellitaires, les capteurs à distance, les stations météorologiques, les géo-données, les données issues des réseaux sociaux, les modèles ESG et les niveaux d’eau, afin de fournir des informations précises, granulaires et réalistes sur les risques. «L’impact du changement climatique impose aux assureurs de semobiliser pour atténuer les risques. Les assureurs qui font du développement durable une priorité prendront de meilleures décisions à long terme, qui les rendront plus pertinents et sou- tiendront leur croissance à l’avenir. La clé est de faire correspondre de nouvelles solutions pour le transfert du risque d’assurance avec la prévention des risques et de s’assurer que l’équipe de direction prioritise ces objectifs», a déclaré Seth Rachlin, Global Insurance Industry Leader, Capgemini. La résilience climatique doit faire partie intégrante de la stratégie de développement durable des entreprises Le rapport propose en conclusion trois actions clés pour soutenir la démarche de résilience climatique des assureurs, tout en renforçant leur pertinence et leur rentabilité. Tout d’abord, les assureurs doi- vent intégrer la résilience climatique dans leur stra- tégie de développement durable, en attribuant des objectifs clairs aux dirigeants pour garantir qu’ils se les approprient et s’en sentent responsables. Ensuite, les assureurs doivent revoir leur démarche d’innovationpour combler l’écart entre les objectifs à long terme et la planification à court terme, en faisant de la résilience une partie intégrante de leur chaîne de valeur. Enfin, les assureurs doivent redéfinir leur straté- gie en matière de technologie, en s’appuyant sur l’innovation produit, l’expérience client, leur stra- tégie RSE (responsabilité sociétale et environne- mentale), et en intégrant des technologies telles que l’IoT, le cloud, l’IA, le machine learning et l’informatique quantique. «Si la plupart des assureurs reconnaissent l’im- pact du changement climatique, il reste encore beaucoup à faire en termes d’actions concrètes pour développer des stratégies de résilience cli- matique. Alors que les clients prêtent une atten- tion toujours plus forte à l’impact du changement climatique sur leur vie, les assureurs doivent met- tre en valeur leur propre engagement en faisant évoluer leurs offres, pour à la fois reconnaître le rôle fondamental que joue le développement durable dans notre secteur et rester compétitifs sur un marché en constante évolution», a déclaré John Berry, PDG de l’Efma. Le World Property and Casualty Insurance Report 2022 s’appuie sur les conclusions de deux sources principales : l’enquête Global Insurance Voice of the Customer Survey 2022 et le Global Insurance Executive Interviews 2022. Ces recherches couvrent des données accumulées dans 29 marchés : Afrique du Sud, Allemagne, Arabie saoudite, Australie, Autriche, Belgique, Brésil, Canada, Chine, Colombie, Danemark, Égypte, Émirats arabes unis, Espagne, États- Unis, France, Hong Kong, Inde, Italie, Japon, Luxembourg, Mexique, Norvège, Pays-Bas, Portugal, Royaume-Uni, Singapour, Suède et Suisse * rapport : https://worldinsurancereport.com/propertyandcasualty/ [1]«Joindre legesteà laparole :comment lesassureurspeuvent-ilsêtre des pionniers de la résilience climatique» [2] Les pertes économiques incluent le total des pertes liées aux catas- trophes naturelles assurées et non assurées au niveaumondial. [3] Swiss Re Institute, «Sigma Explorer» accès au 14mars 2022 Les assureurs doivent revoir en profondeur leur business model pour atteindre la résilience climatique

RkJQdWJsaXNoZXIy Nzk5MDI=