AGEFI Luxembourg - novembre 2022

Novembre 2022 17 AGEFI Luxembourg Economie / Banques Par Mateusz MORAWIECKI, Premier ministre de la République de Pologne L e 11 novembre 1918, la Po- logne retrouve son indépen- dance. Cent vingt-trois ans plus tôt, la PremièreRépublique a cessé d’exister à la suite d’un accord entre laRussie, la Prusse et l’Au- triche. Rayée des cartes d’Europe pour plus d’un siècle par les trois puissances, elle a néanmoins pour- suivi son existence dans les cœurs des Polonais. Nos aïeux ont tenté de diversesmanières de bâtir leur autonomie en captivité, notam- ment en organisant de nombreux soulèvements contre les oppres- seurs, mais ce n’est que la Première Guerremondiale qui a créé les conditions géopolitiques pour la reconstructiond’unÉtat indépen- dant et souverain. Connaissances de base de chaque Polonais,l’histoiredudéclindelaPologne etcelledesarenaissanceaprèsuneparen- thèsede123ansrestentmalheureusement assez peu connues en Occident. Et pour- tant, il s’agit de la destruction de l’un des plus grands pays du continent. La RépubliquedesDeuxNations–parceque telétaitlenomdecetteentité–aétéagres- sée et anéantie par ses voisins et les Polonais, mais aussi les Lituaniens et les Ukrainiens, se sont retrouvés soumis au bonvouloir de leurs oppresseurs. La Première République de Pologne a été un projet républicain très avancé par rap- port à ce qui se faisait en Europe. Alors que l’expérience occidentale de lamoder- nité reposait sur la construction d’un État fort et centralisé, la Pologne se voulait un paysassezdécentralisé,avecplusdeliber- tésaccordéesauxcitoyens.Certes,ceprojet n’était pas sans défauts, mais c’est la bru- talité des envahisseurs qui l’a finalement misàmal.Danslemêmetemps,sesambi- tionsde créer unespacede coexistencede nombreuses nations et cultures restent pertinentes à ce jour et cette voie alterna- tive polonaise vers la modernité pourrait êtreunesourced’inspirationpourl’Union européenne d’aujourd’hui. En Pologne, on fête l’indépendance le 11 novembre. Le 10 novembre 1918, Józef Piłsudski,l’hommequialepluscontribué à la libérationdupays, arrivait àVarsovie. Le lendemain, la Grande Guerre prenait fin. Mais pour la Pologne, ce n’était à vrai dire que le début de la lutte. Au cours des deux années suivantes, le jeune pays a dû faire face à des menaces provenant à la fois de l’Est et de l’Ouest. En fait, ni la Russie révolutionnaire, ni l’Allemagne n’acceptaient son indépen- dance. Dès 1920, l’Armée rouge arrivait aux portes de Varsovie. Dans le même temps, la propagande allemande s’effor- çait de faire croire que la Pologne n’était qu’un État temporaire. Le sort de la DeuxièmeRépubliquepolonaisesemblait scellé.Maisl’arméedePiłsudskirepoussait les assauts bolcheviques et sauvait, non seulementlaPologne,maistoutel’Europe. Il y a une ressemblance frappante entre la lutte polonaise pour l’indépendance et laguerrequemèneaujourd’huil’Ukraine contre la Russie. La propagande de Poutine tente aussi de prouver que l’Ukraine n’a pas de raison d’être en tant qu’État indépendant et que la nation ukrainienne elle-même, de fait, n’existe pas. En février dernier, lorsque la Russie a envahi l’Ukraine, cette dernière sem- blait condamnée à perdre. Et pourtant, il n’en a rien été. Les destins de la Pologne et de l’Ukraine prouvent que l’histoiren’est pasunpiège auquel on ne peut échapper, et que même la puissance la plus redoutable doit tenir comptede la forced’unenation qui aspire à la liberté. A plusieurs reprises, notre histoire commune a démontré aux adeptes du darwinisme historique qu’ils avaient tort. Il y a ceux qui perçoivent la place de la Pologne sur la carte du monde comme unemalédiction.Jepréfèrecependantpar- ler de bénédiction. En effet, la conscience desmenacesadéveloppéchezlesPolonais unsensgéopolitiquespécifique–unepru- dence qui nous permet de mieux voir les défis à venir. Ce n’est pas un hasard si la Pologne a été la première à mettre en garde contre l’impérialisme russe renais- sant. Au fil des siècles, nous avons tout simplement appris à être vigilants. Cette vigilance nous amène également à considérer l’indépendance comme un devoir permanent. C’est pourquoi, dans un futur très proche, nous allouerons 3% du PIB à la sécurité. C’est pourquoi nous avons construit leBalticPipe, unpipeline qui contre Nord Stream et les intérêts russes. C’est pourquoi nous investissons dans la construction de centrales nucléaires. La question de l’indépendance se décide aujourd’hui sur de nombreux fronts, et laprotectiondesfrontièresn’enestqu’un. Nousprenons soinde l’indépendancede la Pologne, non seulement au nomde la responsabilité envers les futures généra- tions de Polonais, mais aussi, en tant que leader du flanc oriental de l’OTAN, au nom de la protection de l’ensemble de l’Alliance. Comme il y a cent ans, l’Occident peut continuer à compter sur la Pologne. Texte co-publié avec le mensuel polonais Wszystko Co Najważniejsze dans le cadre d'un projet réalisé avec l'Institut de la mémoire nationale (IPN) et la Fondationnationalepolonaise. Une Pologne souveraine, fondement de la sécurité de l’Occident Par Aleksander SURDEJ, Professeur, Ambassadeur de la Pologne auprès de l’OCDE D epuis 30 ans, l’économie polonaise maintient une cadence soutenue, de 4 à 5%de croissance par an en moyenne. Le Covid-19 a porté un coup d’ar- rêt à cet élan, mais seulement en 2020, après quoi la Pologne est revenue sur la voie d’un développement rapide. Cette progression est perceptible dans l’apparence des villes et des villages polonais, les équipements desménages, les compétencesdes salariés, laqualité des emplois et les revenus du travail dont le niveau dépasse 80% de celui de l’Union européenne. Depuis plus de deuxdécennies, l’augmentationdes salaires réels a été inférieure à cellede laproductivité du travail ce qui a offert aux gouvernements suc- cessifs un champ d’action plus généreux en termes de politique sociale et de redistribution, afin que les inégalités économiques, tout à fait naturelles dans l’économie de marché, ne se traduisent pas par des grèves et des manifestations. Depuis 2016, l’essor économique est devenu plus solidaire, sans pour autant compromettre la dyna- mique du système. L’agression militaire russe de l’Ukraine a eu lieu aumoment où le gouvernement polonais venait d’entamer des actions et des incita- tions en vue de stimuler un accroissement encore plus important de la productivité – des produits et services plus avancés créés par des entreprises opé- rant en Pologne. C’est, en effet, le seul moyen d’as- surer une prospérité durable. On sait désormais que la modernisation technolo- giquedel’économiepolonaiseseferadansdescondi- tionsdeprixélevésdel’énergie.Heureusement,l’aug- mentation des prix de l’énergie sera ralentie grâce à l’accélération des investissements dans les sources d’énergie renouvelables – d’énormes éoliennes offs- hore sont en construction enmer Baltique et des cel- lules photovoltaïques sont massivement apparues sur les toits desmaisons polonaises. Pour des raisons naturelles, il est impossible d’assu- rer au pays une énergie propre, stable et suffisam- ment abondante sans l’énergie nucléaire. Cela ne peut être qu’un investissement public et les agences gouvernementales viennent de finaliser les prépa- ratifs à un accord sur la construction d’une centrale nucléairedont la conclusionest prévuepour lespro- chainsmois. Lamise enœuvrede cet investissement stimulera le développement de nombreuses entre- prisespolonaises, qui deviendront des sous-traitants et des fournisseurs de nombreux biens et services indispensables à un projet aussi complexe. La flambée des prix de l’énergie se traduit par une augmentation sensible des prix de tous les autres biens ou presque. Le gouvernement polonais affai- blit ce coup porté au pouvoir d’achat à travers des mesures de bouclier anti-inflationniste, notamment en ramenant à zéro le taux de TVA sur les denrées alimentaires. Dans des situations de crise, le gou- vernement polonais veut et sait intervenir avec jus- tesse ! Parallèlement aux investissements publics, des investissementsprivés sont encours afindepré- parer le pays à la transition de son parc automobile vers l’électrique. La plus grande usine d’Europe de séparateurs de batteries lithium-ion pour voitures électriques a été créée dans le sud de la Pologne. Des voitures électriques seront également produites dans leBassin industriel deHaute-Silésie. En consé- quence, des emplois satisfaisants seront proposés aux étudiantsdesuniversités techniquespolonaises, recrutés parmi les meilleurs élèves de l’étude PISA de l’OCDE dans les matières STEM (science, tech- nology, engineering and math) des écoles secon- daires polonaises. L’agression russe de l’Ukraine oblige la Pologne à accroître considérablement le plafond de ses dépensesmilitaires –même jusqu’à 4%du PIB dans un futur très proche. Les plans du gouvernement prévoient que ces dépenses seront orientées de manièreàboosterleniveautechniquedesentreprises polonaises afind’en fairedespartenaires offset et des coopérateurs des fournisseurs d’équipements mili- taires.Certes,lesdronespolonaisaurontinitialement une finalité différente, mais un jour ils ne seront cer- tainement utilisés qu’à des fins pacifiques. Dans l’économiedemarché, les gouvernements sont responsables avant tout de la qualité des infrastruc- tures, y compris des infrastructures de transport. Ayantmis enplaceun réseaud’autoroutes est-ouest, la Pologne est en train de le compléter par une auto- routeViaBalticaquiraccourciraetfaciliteralestrajets etlestransportssurunlargeespaceallantdel’Estonie à la Slovénie. L’augmentation de la richesse des Polonais trouve sa confirmation dans la multiplica- tionparplusdecinqdunombredepassagersaériens. En 2018, les compagnies aériennes ont transporté plus de 45 millions de passagers à destination et en provenancedePologne, et cenombredevrait passer à 80 millions encore avant 2030. Comme les aéro- ports polonais existants ne pourront pas accueillir une telle affluence, le gouvernement polonais a décidé de construire, comme projet phare du Port centraldecommunication(CPK),unnouveaugrand aéroport capable d’accueillir jusqu’à 30 millions de passagers, où se croiseront les plus importantes liai- sons routières et ferroviaires du pays. La construc- tion du CPK est également un puissant stimulant pour les entreprises polonaises et les investisseurs étrangers, car sa mise en œuvre implique des contrats de travaux, de produits et de services d’une valeur globale de 19,5milliards € à l’horizon 2034. Le programme d’investissements publics indispen- sablesetbiensélectionnéscréeuncadrepourledéve- loppementdesentreprisespolonaisesetpourlacréa- tiond’emploisstablesauxrémunérationscroissantes. Les entrepreneurs polonais comprennent les inten- tions du gouvernement et complètent ses actions avec leur créativité, leurs ambitions et leur persévé- rance. Cette complémentarité est de bon augure pour le développement de l’économie polonaise. Texte co-publié avec le mensuel polonais Wszystko Co Najważniejsze dans le cadre d'un projet réalisé avec l'Institut de lamémoirenationale(IPN)etlaFondationnationalepolonaise. L’économie polonaise – plus de productivité, plus de prospérité durable 1259 Sen - wues, 2, L eede Z.I. Br oyPr me g ningerber lu.oypr .me www o@m f : in l -M 1 E 352 34 20 25 él. : + T ai eeyM pour ouvN oland M e R èr fr te env ès la u l.oypr e Apr sr amille fal olvenl e tion de ten ’in pas l ton’ s nrye son te e eill , Mir toservice t de ne e d f il él 1259 S - , L wues, 4 eede Z.I. Br ef docusa nr sui e à air ffA t des documen spécialisée da en tout , 4202 ) ageytot de ne tenv( yPr me eu lr elvdé e fils de Mir es l uA. eposer r se oppe o l f g enningerber e.... vr s. destruction lat age e chiv ar’ ns l ,ef docusa r r ya rt aisan f ses 60 ans en rêfav qui eils appar t oduits e e de pr oirv sa eprise à tr e en emièr pr r àr Chris Schr te ev , Ste eill t accompagnen ls I. eair tr con oede te onne n lue.fa .nrw o@nr : in a-M 71 81 E 352 26 . : + T ww docus u .e ocusa Lire article en page 39

RkJQdWJsaXNoZXIy Nzk5MDI=